république de Turkménistan ? No ; c'est faux , Ici c’est la région Khwarezm d’Iran

 

Je veux vous raconter une histoire , une vieille histoire , Une histoire amère , Une histoire pleine de douleur, l'histoire d'un oubli qui doit être rappelé , Une histoire d'honorer ceux qui ont perdu leurs maisons et leurs terres , Une histoire de rendre hommage à ceux qui, avec la violence et la tromperie ont été forcés de quitter leurs maisons et pays ; Une histoire de ceux qui ont combattu et est mort pour la défense de leur propre pays ; Une histoire de l'injustice et de l'oppression, le pillage et le pillage qui ne devrait pas être oublié

 

Contes de l'incendie de la maison et des saignements, tentative de brûler et de détruire la culture iranienne

 

Contes d'incidents, d'accidents si ça se fait dans ce siècle seraient comme l'histoire d'Israël et les Palestiniens ou comme l'histoire des Arméniens et les Turcs
Mais dans les temps anciens Il n'y avait pas d'appareil photographique Il n'y avait pas de dispositif Caméscope, Aucun journal et pas de radio, pas de télévision, pas d'Internet, mais on ne doit pas oublier cette histoire ..

 

Cette histoire est l’histoire de territoire separé de l'Iran, notre Khwarezm

http://fr.wikipedia.org/wiki/Sogdiane

http://fr.wikipedia.org/wiki/Khwarezm

 

Données historiques

Les Perses, les Macédoniens et les Grecs ont occupé le territoire actuel du Turkménistan durant l'Antiquité. On sait aussi qu'Alexandre le Grand conquit l'Asie centrale au IVe siècle, dont faisait partie l'actuel Turkménistan. C'est au VIe siècle que l'Empire perse s'empara du territoire. Puis, aux VIIe et VIIIe siècles, les Arabes prirent la région et commencèrent à islamiser les populations locales

Les Turcs islamisés

Après les Arabes, ce fut le tour des Turcs ogoudes (ou oghuz), les ancêtres des Turkmènes actuels. Rappelons que les Turcs étaient originaires de l'Asie centrale et qu'ils avaient fondé un premier empire, celui des Seljoukides, lequel fut détruit en 1292 par les Mongols de Gengis Khan. L'une des tribus turques fut les Ottomans issus d'une tribu d'Asie centrale appartenant à la branche des Oghuz. Durant le XIVe, ils se rendront progressivement maîtres d'une grande partie de l'Asie mineure (l'Anatolie) et de plusieurs îles grecques, avant de s'emparer des Balkans et de l'Empire byzantin. Les Turcs entrèrent en contact avec l’islam par intermédiaire de la dynastie iranienne des Samanides, installés au Xe siècle en Transoxiane (l'actuel Ouzbékistan). Les Turcs s'islamisèrent au contact de l'armée samanide et l'islam cessa d’être seulement la religion des Arabes. L'alphabet arabe s'implanta dès lors dans l'écriture turque. À partir du Xe siècle, les Sassanides (une dynastie perse originaire du Fars, fondée par Ardachêr Ier, vers 224 de notre ère) et leurs alliés, les Turcs occidentaux, prirent la région de l'actuel Turkménistan qui devint la patrie des Turcs ogoudes (ou oghuz).

 empire sassanide (Iran)

Quelle est l'origine du mot " Turkménistan "?

Le terme Turkmène semble avoir été employé dès cette époque (au Xe siècle) pour distinguer, d'une part, les Turcs ogoudes (ou oghuz) islamisés ayant immigré vers le sud dans les territoires de Seljuk, d'autre part, les Turcs non islamisés restés dans la steppe. Graduellement, le terme finit par être employé exclusivement pour désigner les musulmans ogoudes puisqu'au XIIIe siècle le terme Turkmène avait définitivement supplanté la désignation Oghuz. Néanmoins, l'origine du mot Turkmène reste obscur. Selon un étymologie populaire datant du XIe siècle, le mot proviendrait du Turc auquel s'est ajouté l'élément persan (iranien) -manand signifiant «ressemblant à un Turc». Pour leur part, les linguistes contemporains croient que l'élément -man (ou -men) joue le rôle d'une particule intensive et serait traduit par «Turc pur» ou «le plus Turc des Turcs».

L'histoire du Turkménistan

Les sources historiques raconte que la vie sur le territoire du Turkménistan est née  à l'époque du paléolithe précoce. Pour ce moment-là se rapporte la multitude des instruments en pierre trouvés ici. Les restes des établissements des chasseurs et les pêcheurs se rapportent à la période néolithique. Le plus connu d'eux est la grotte Djebel à la région oriental de la mer Caspienne. L’agriculture et l'élevage des bovins se parraissent avant tout en Asie Centrale au région du sud du Turkménistan. L'établissement  Djeytun  trouvé près d'Achkhabade est l'établissement agricole le plus ancien (VI mille avant J.C.).

Depuis longtemps d'anciennes civilisations existaient et se développaient sur le territoire du Turkménistan moderne. Au premièr millénaire avant J.C.  s'installaient les États de Margian, Parthe, Midia. Ils étaient gagnés par les Perses au VIème s. avant J.C. et ont fait partie de l'empire Persan (d’Akhemenides), qui gagne à son tour Alexander Le Grand au IVème s. avant J.C. Après la désagrégation de l'empire d'Alexander les terres entrent dans les possessions de ses successeurs - Selevkides.

Aux  VII-VIII ème siècles le territoire du Turkménistan a été gagné par les Arabes répandus à toute l'Asie Centrale. Avec les Arabes vient la réligion Islam.

Aux  IX-Xème siècles les terres turkmènes faisaient partie des États de Tahirides, Samanides, aux XI-XIIIème siècles ces terres étaient la partie de l'empire Seldjukes.

Au XIII ème s. le pays a était pris par les troupes mongoles à la tête avec Gengis Khan, qui a inséré le territoire de la Turkménie dans la composition de son grand empire.

Sur le territoire du Turkménistan moderne à l'ancienneté passait «une Grande Route  De soie»,  symbole de l'intégration culturelle de l'Est et l'Ouest . La caravane commerciale commençait sa route à Siagne, passait à travers  toute l'Asie centrale et l'Inde jusqu'aux bords des mers Noires et Méditerranées.

Vers le début du XVIème  s. les tribus du nord turkmènes se sont établis largement par toute la côte orientale de la mer Caspienne. Ils occupaient la péninsule Mangichlak, Oustiurt et Balkhans, les périphéries de nord-ouest de l'oasis de Khorezm, les bords du lac Sarykamyshsky, ainsi que le désert de Karakoum. Ils ont gagné les terres et dans les oasis du Turkménistan du sud. À cette période la plupart des tribus turkmènes conduisait le mode de vie semi-nomade, en comprenant l'étude de l'agriculture par les terres arrosées avec l'économie d'élevage. Les éleveurs du bétail, ainsi que les agriculteurs, étaient  dans chaque génération. Les membres plus pauvres de la génération s'occupaient le plus souvent de l'agriculture.

Aux XVII-XIXème siècles le territoire du Turkménistan était l'objet du débat entre le schah persan, le shah de Khiva et l'émir de Boukhara. Ainsi, les tribus turkmènes se sont trouvées divisées entre ces trois États (Iran, Khiva et Boukhara).

La grande partie du territoire du Turkménistan s'est trouvée dans les mains du schah iranien Nadir. Il, en rencontrant la résistance opiniâtre des Turkmènes, en faisait justice cruellement. Ses chefs exterminaient et emmenaient à l'esclavage des habitants, volaient le bétail, pillaient le bien. En 1747 le Nadir-schah a été tué, son État est tombé en ruines, et les tribus turkmènes qui sont partis provisoirement sur le nord sont revenues au Turkménistan du sud.

À la même période commence graduellement à sécher le lac Sarykamyshsky, aux bords de qui les tribus turkmènes vivaient. Et ils se déplacent graduellement au sud, aux régions de Kopetdague, mais de là - sur le sud-est aux vallées Mourgabe et Amou-Daria. Au début du XVIIème s. les Kalmouks venants de l'est dans les recherches des terres libres font les incursions hardies sur le territoire de campement des Turkmènes et sur la ville de Khoresm.

À la fin du XVIIème  s. certaines tribus turkmènes tourmentées par les incursions des Kalmouks et les détachements du khan de Khiva, ont passé à la sujétion russe et ont déménagé sur le Caucase du Nord.

À la veille de l'entrée dans la composition de l’empire de la Roussie les Turkmènes occupaient tout le territoire moderne du Turkménistan, ainsi que certaines régions de l'Iran moderne et l'Afghanistan. La partie du peuple tourkmène vivait sur Oustiurt et Mangichlak, où excepté eux erraient les Kazakhs. Comme dans le moyen âge tardif, les Turkmènes se divisaient en multitude de tribus, à l'intérieur de qui il y avait un système à plusieurs degrés de la division. Les plus grandes tribus étaient téké (tékins), yomout (yomouts), ersari, sariks, saliris, goklènes, tchovdures. Presque jusqu'à des années 80 du XIX ème s. il y avait un esclavage patriarcal. Tous les Turkmènes se divisaient sur : "pur sang", esclaves et concubines. Excepté ces catégories principales il y avait encore des nouveaux venus d'autres tribus et les descendants de la population soumise par les Iraniens. Toutes ces catégories sociales, excepté "pur sang", n'étaient pas considérées par les membres à valeur requise de la société.

En 1869 sur le bord oriental de la mer Caspienne les Russes ont fondé le port Krasnovodsk, mais vers le milieu des années 80 du XIXème  s. le territoire du pays était adjoint à l'Empire russe, qui a réprimé l'insurrection des Turkmènes en 1881, quand est tombée la forteresse  turkmène célèbre Geok-Tepe.

Après l'adjonction à la Russie le Turkménistan a commencé à être entraîné au système économique du capitalisme russe, qui était quand même plus progressif en comparaison du régime archaïque public des tribus turkmènes.

En 1880-1885 sur le territoire du Turkménistan on a passé le chemin de fer Transcaspien qui a posé la première pierre de la pénétration du capital à l'Asie centrale. Dans le région Transcaspien il y avait des villes (Krasnovodsk, Achkhabade etc.), il y avait des établissements industriels. Ainsi, avant la révolution de 1917 au régime patriarcale féodal des Turkmènes, on paraissait des éléments du capitalisme. Après la révolution le pouvoir Soviétique était officiellement proclamé dans le domaine Transcaspien. Mais puis et dans d'autres villes et les bourgs du Turkménistan.

Le 30 avril 1918 à Vème congrès des Conseils du région de Turkestan, passant à Tachkent, on formait la République Turkestan Autonome Soviétique Socialiste (au nombre des RSFSRs). La partie principale du territoire du Turkménistan (le domaine Transcaspien) y est entrée.

En juillet 1918 dans la région Transcaspien au soutien des Anglais le pouvoir a été pris par les socialistes-révolutionnaires et les menchéviks. Les troupes anglaises y sont entrées. La guerre civile et l'intervention étrangère se prolongeaient environ 1,5 ans. En juillet 1919 l'Armée Rouge a pris Achkhabade  et en février 1920 Krasnovodsk. Les troupes anglaises étaient expulsées de Tourkéstan.

Le 27 octobre 1924 on a  formée la République socialiste soviétique Turkmène (RSS). En février 1925 on a  accepté la Déclaration de la formation de la  Turkmène RSS et la décision sur son entrée volontaire dans la composition de l'URSS.

D'après-guerre le Turkménistan a essuyé le cataclysme terrible. En 1948 à Achkhabade il y avait un tremblement de terre destructif. Néanmoins par les efforts de toutes les républiques fédérées on réussit avec succès à restaurer et à moderniser l'économie nationale de la république : créer l'ensemble de gaz et de pétrole, construire le canal Karakoum.

L'Histoire des temps modernes du Tourkménistan commence dès 1990, avec la désagrégation de l'URSS. Le 27 octobre 1991 le Tourkménistan a annoncé l'indépendance et a proclamé le Premier Président du Tourkménistan – Saparmurat Niyazov (Tourkmenbachi). Le président est le Commandant en chef Suprême par les Forces armées du Turkménistan, ainsi que par le Président du Parti démocratique du Turkménistan, fixe des ambassadeurs et les fonctionnaires supérieurs de l'appareil du pouvoir exécutif, y compris les chefs des ministères et les départements.

Les étapes les plus considérables dans l'histoire des temps modernes du Tourkmènistan est un jour de la déclaration de l'Indépendance du Tourkménistan (le 27 octobre 1991), le jour de l'acceptation de la Constitution du Turkménistan (le 18 mai 1992) et le jour de la signature de la Résolution de l'Assemblée Générale de l'ONU sur «la neutralité Constante du Tourkménistan» (le 12 décembre 1995). Le plus grand événement de 2001 a été la création du code spirituel, moral et esthétique du Tourkménistan, Saparmurat Tourkmènbachi «Roukhnamé».

La formation de l'ethnie turkmène

La composition ethnique de l'ancienne population du Turkménistan était hétérogène. À l'ancienneté sur ce territoire erraient des dakhis et des massaguètes, éleveurs du bétail . Dans le moyen âge des oguzes, les tribus turques ,sont pénétrés ici. Ils ont joué un important rôle à la formation des Turkmèns et leur langue. Aux IX – Xième  siècles, accouraient des seldjoukes.

Hypothétiquement aux IX-XIème siècles on a commencé à s'appeler Tourkmènes la partie de la population turque de steppe, qui s'est affaissée le long des frontières des régions agricoles et par sa culture était étroitement liée à la population iran de Khoresm et de Khorasan.

Définitivement l'ethnie turkmène s'est formée seulement aux XIV-XVème siècles .

La Perse 1808

Au XIIIe siècle, le pays fut incorporé à l’Empire mongol de Gengis Khan, puis au XIVe siècle à celui de Tamerlan. Lors de la conquête mongole, les populations de la région du Turkménistan s'identifiaient déjà comme un peuple distinct des Turcs de l'Empire ottoman : il s'appelaient Turkmènes. Ils furent repoussés plus loin dans le désert de Karakoum et le long de la mer Caspienne. Jusqu'à la première moitié du XVIe siècle, les Turkmènes demeurèrent concentrés dans quatre régions principales : le long de la côte du sud-est de la mer Caspienne, dans la péninsule de Mangyshlak (sur la côte nord-est de la Caspienne), autour des montagnes du Balkan et le long de la rivière Uzboy. C'est à cette époque que les Turkmène se formèrent en groupe tribaux très puissants. La plupart des tribus turkmènes furent divisées entre deux principautés ouzbek : le khanat de Khiva et le khanat de Boukhara (Bukhoro).  Les khans et les princes ouzbeks enrôlaient habituellement les Turkmènes dans leurs armées, surtout pour combattre les Perses. C'est pourquoi beaucoup de Turkmènes immigrèrent dans les centres urbains des khanats ouzbeks. Plus tard, entre les XVIIe et XIXe siècles, le chah de Perse, les khans de Khiva et les seigneurs féodaux d’Afghanistan luttèrent pour le contrôle du Turkménistan. La langue turkmène subit alors l'influence de la langue iranienne (le persan).

Le Turkménistan indépendant: le règne de Niazov

Saparmourad Niazov, ex-premier secrétaire du Parti communiste turkmène, a accédé à la présidence du Turkménistan en 1985, à l'époque où la pays faisait partie de l'Union soviétique. En 1990, la langue turkmène fut déclarée langue officielle de la République. Ce fut la Loi sur la langue de la République socialiste soviétique du Turkménistan, adoptée le 20 mai de la même année.

À la suite de l'effondrement de l'URSS, le Turkménistan proclama son indépendance le 27 octobre 1991. Le résultat officiel du référendum révéla que  94 % !!! de la population était en faveur de l'indépendance. Après l'adoption de la Constitution, le 21 juin 1992, lors d'un nouveau scrutin présidentiel, Saparmourad Niazov avait recueilli 99,5 % des suffrages, alors qu'il était le seul candidat !!! à briguer la magistrature suprême. Dès lors, les mouvements nationalistes favorisèrent la turkménisation de la société. Dès 1990, le turkmène était devenu la langue officielle de la République. C'est en adoptant l'idéologie nationaliste que Niazov a réussi à survivre à la dislocation de l'URSS. Il allait peu à peu construire un royaume ubuesque, coupé du monde.. 

- Les droits humains  (wikipedia)

Pendant ce temps, la situation des droits humains au Turkménistan est devenue extrêmement préoccupante. Elle s'est encore aggravée après la tentative d'assassinat présumée du président Saparmourad Niazov en novembre 2000. En effet, depuis, de nombreux Turkmènes (dont des femmes et des enfants) ont subi des mises en détention, du harcèlement, des expulsions et des spoliations. Des informations dignes de foi font état de torture et de mauvais traitements en détention, car de nombreuses personnes ont été condamnées à de lourdes peines de prison, allant jusqu'à l'emprisonnement à vie, après des procès manifestement inéquitables, au cours desquels ces personnes ont été reconnues coupables d'avoir participé à l'attentat présumé.

Puis la Déclaration des différents actes illégaux de haute trahison et les mesures de sanction contre les traîtres a été adoptée par l'Assemblée du peuple. Ce texte précise que sont considérés comme des crimes de haute trahison «tous les efforts de semer le doute au sein du peuple quant à la politique intérieure ou extérieure du premier président et président permanent du Turkménistan, Saparmourad Turkmenbachi le Grand». Ce serait aussi une façon de mettre au pas certaines minorités comme les Russes et les Ouzbeks. Ce fut une réussite, car plus de 200 000 Russes ont fini par quitter le pays. En général, il s'agissait de professionnels fortement qualifiés, tels que des médecins, des enseignants, des ingénieurs, des ouvriers spécialisés, etc. Le départ des Russes du Turkménistan a grandement affecté l'économie du pays qui a versé dans le totalitarisme.  

_____________________________________

Droits de l'homme  (wikipedia)

Amnesty International a dressé un tableau très noir de la situation au Turkménistan en 2003, et s'est notamment montrée pessimiste sur une éventuelle évolution positive à cause de :

  • l'assentiment tacite des États-Unis et de la Russie au pouvoir turkmène, grâce à la non-ingérence du pays chez ses voisins et son absence de prétentions militaires et territoriales ;
  • la présence de réserves de gaz naturel attirant des investissements étrangers très profitables ;
  • un relatif désintérêt des médias occidentaux, de par la situation géographique du pays et sa faible démographie ;
  • une opposition politique traquée et muselée ;
  • l'absence de presse intérieure indépendante.

La situation des droits de l'homme au Turkménistan est toujours critique en 2006. Le régime dictatorial, un des plus autocratiques au monde, restreint un grand nombre de libertés. Selon Human Rights Watch, on peut citer parmi les atteintes aux libertés:

  • assimilation forcée des minorités ethniques ;
  • discriminations, restriction de la liberté de mouvement, interdiction des langues minoritaires ;
  • limitations délibérées de l'accès à la culture et à l'art (fermeture des bibliothèques en province) ;
  • interdiction des partis politiques (à l'exception du parti officiel) ;
  • justice expéditive (non-respect des droits de la défense) pour les opposants politiques ;
  • non-respect des droits des détenus, morts suspectes en prison ;
  • pas de liberté d'expression, notamment de liberté de la presse, pour ce qui touche à la politique du président ;
  • pas d'accès à la presse internationale, peu à Internet (moins d'un internaute pour cent habitants en novembre 2006[7]) ;
  • non-respect des droits des enfants, programmes scolaires fortement marqués par la propagande officielle au détriment des disciplines classiques (mathématiques, histoire du pays, géographie, littérature...) ;
  • liberté de religion restreinte.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Turkm%C3%A9nistan

http://www.tlfq.ulaval.ca/axl/asie/turkmenistan.htm

 

 

Efforts d'effacer la culture iranienne

 

Après la fin de l'Union soviétique, les Etats satellites étaient soudainement seul.
Des politiciens ont eu soudainement des problèmes économiques et politiques et de cultures qui se dressaient contre eux , résoudre des problèmes politique et économique étaient plus facile que les problèmes culturels, parce que ces Pays stellites avant communisme appartenait à portée d’influence culturelle iranienne et après communisme appartenait à portée d’influence russe.  

 

Maintenant, quoi faire?
Ils ont dû construire une culture indépendante pour un Etat indépendant
Mais comment?
Ils ont commis une erreur ; Ils ont commis vol culturelle

 

Ils essaient et essaient encore posséder comme un livre des scientifiques ou des artistes qui sont nés ou ils ont grandi ou ils ont travaillé sous le gouvernement iranien même s’ils  n’avez jamais écrit un mot ou créé quelque chose turque ou ouzbek ou arabe

 

Ces Iraniens connaissaient les Langages arabe et turque ; Ils sont maintenant appelés arabe et Turc ?!, Comment ça marche?

 

Ça commence tôt dans les écoles et les textes dans les manuels scolaires (contrôle de l'esprit)  

Puis vient des timbres et des billets avec leurs images
Après avec des films dans ces langues
Puis ils installent sculptures des scientifique ou artiste ou de poète partout et ils les présent comme scientifique ou artiste ou de poète Turc ou d’ Azerbaïdjan ou ouzbek:

Une telle politique fait de la Turquie et veut faire le Jalal ad-Din ar-Rumi connu comme un Turc

 

Incroyable, n'est ce pas ??

 

Imaginez vous qu'un autre pays veut présenter Ernst Hemingway et Jack London et   fait ces choses ; Commence tôt dans les écoles et les textes dans les manuels scolaires (contrôle de l'esprit) 

Puis vient des timbres et des billets avec leurs images
Puis avec des films dans ces langues
Puis ils installent sculptures des scientifique ou artiste ou de poète partout et ils les présent comme scientifique ou artiste ou de poète Turc ou d’ Azerbaïdjan ou ouzbek

 

Imaginez qu'un autre pays veut présenter Victor Hugo et Guy de Maupassant  et de fait ces choses ; Commence tôt dans les écoles et les textes dans les manuels scolaires (contrôle de l'esprit)   

Puis vient des timbres et des billets avec leurs images
Puis avec des films dans ces langues
Puis ils installent sculptures des scientifique ou artiste ou de poète partout et ils les présent comme scientifique ou artiste ou de poète Turc ou d’ Azerbaïdjan ou ouzbek


 

Imaginez qu'un autre pays veut présenter Mozart et Johann Strauss et fait ces choses ; Commence tôt dans les écoles et les textes dans les manuels scolaires (contrôle de l'esprit)   

Puis vient des timbres et des billets avec leurs images
Puis avec des films dans ces langues
Puis ils installent sculptures des scientifique ou artiste ou de poète partout et ils les présent comme scientifique ou artiste ou de poète Turc ou d’ Azerbaïdjan ou ouzbek


 

Vous serez en colère, n’est ce pas? Des Iraniens sont en colère
Aujourd'hui la Turquie, l'Azerbaïdjan, le Turkménistan et l'Ouzbékistan et des États arabes du golfe Persique font Ce vol culturelle .

 

ici vous pouvez voir comment l'Autorité des Azerbaijan démolir poèmes persans et le remplacer par Leurs écrits

Eh bien il faut réfléchir à ce sujet

 

          

     Iran                                                                         Khwarezm                                                                               

 

                                   Khwarezmid Empire 1190-1220

                               

 

Khwarezm (Turkménistan)

 

Indépendance

 

Fin de l'URSS

27 octobre 1991

Population totale (2011)

4 997 503 hab.
 

Densité

10,0 hab./km2

Plus grande ville

Achgabat

Superficie totale

488 100 km2
 

 

                                               Iran

 

Plus grande ville

Téhéran

Superficie totale

1 648 195 km2
 

Population totale (2013)

77 176 930 hab.
 

Densité

47 hab./km2

 

Peut-être ce territoire appartient aux Turcs et turcophones? No , aucun

Parce que les ancêtres des Turcs n'appartenaient pas à la région

Les ancêtres des Turcs étaient de la région de la zone Chine et ils ont fait une descente dans cette région

Ils n'avaient pas de culture commune avec les gens de cette région

 

Peut-être cette zone appartient aux Russes et parlant le russe? No , aucun

Parce que les ancêtres des Russes ne sont pas de la zone et ils ont fait une descente dans cette région

Ils n'avaient pas de culture commune avec les gens de cette région

 

Iran reste le seul pays qui historiquement et culturellement toujours été dans la région et il le sait

Il suffit de regarder les noms et la religion et du centre touristique, et la vieille tradition qui nous amène à la terre de Perse

Khwarezm est une partie de l'Iran et la sera toujours et nous, les Iraniens, n’oublierons jamais 

Maintenant, comprendre ça , que la nation iranienne aura à faire? Qu'est-ce que la politique devrait être?

Tout d'abord, le peuple iranien, en particulier les personnes de Khwarezm doivent savoir , connaitre et être au courant de l'histoire réelle et les véritables propriétaires de Khwarezm

Deuxièmement, la politique, culture  et économie de la politique gouvernementale devrait être une relation étroite avec la terre ancestrale de la Perses (Khwarezm)
Cette région est une priorité dans la relation Iran comme une province de l'Iran

Troisièmement, le gouvernement devrait informer les gens de Khwarezm que tout le monde peut apprendre la langue et les coutumes et culture natif et vivre dans la liberté et la paix.

Nous ne répéterons pas la violence et l'intimidation, et les choses que nos ancêtres ont souffert

Quatrièmement, le gouvernement iranien devrait dire aux gens de Khwarezm et de faire savoir que seule une forte alliance avec l'Iran gardera tous les risques

Aucun autre pays que l'Iran, avec une religion, l'histoire et la culture commune, avec 80 millions résidents est mieux pour eux 

Cinquièmement, le gouvernement iranien doit insister pour que Khwarezm sera accepté à bras ouverts en acceptant de la constitution iranienne

 

La liberté de résidence pour tous les gens de Khwarezm en Iran

Liberté de travailler pour tous les gens de Khwarezm en Iran

La liberté du commerce pour tous les gens de Khwarezm en Iran

La liberté d'enseignement pour tous les gens de Khwarezm en Iran

La sécurité sociale et la santé pour tous les gens de Khwarezm en Iran

 

Nach oben