20 Verrerie

Depuis l'Égypte ancienne, le verre fascine par ses propriétés étranges. Translucide, parfois jusqu'à la transparence, Il se travaille au feu un peu comme un métal. Fragile, il est aussi très dur une fois figé dans la forme qu'on lui a donné. L'atelier de l'artisan verrier est un peu l'antre d'un magicien.

Sommaire
• 1 Équipement et outillage
• 2 Types de verre
• 3 Histoire du verre
• 4 Voir aussi
• 5 Liens externes
Équipement et outillage
L'atelier du maître verrier artisanal
La présentation d'un simple atelier, se compose en gros comme suit :
• Un four constitué d'un ensemble de briques réfractaires capables de supporter de hautes températures obtenues progressivement,
• Une composition, c’est-à-dire l'ensemble des matériaux qui, en fusion, donneront du verre. Lors des démonstrations publiques et pour des œuvres qui ne sont pas destinées à être conservées, le verrier met à fondre des fragments de verre ordinaire.
• Un jeu de cannes à souffler métalliques et d'ouvertures variables,
• un banc de verrier, c’est-à-dire une sorte de siège large en bois avec un appui métallique à droite, appui que le verrier va utiliser pour poser sa canne et ainsi travailler sa paraison ("goutte de verre" en fusion "cueillie" dans le four) en faisant rouler la canne. Pendant cette opération de "roulage", le maître verrier utilise pleinement toute sa connaissance de la viscosité relative du verre selon sa température afin de le modeler comme il l'entend (pour obtenir un "vide" au milieu de la paraison, pour travailler ensuite un vase par exemple, le verrier va souffler dans sa canne puis faire monter l'air. Il est alors possible de voir le vide se former lors de l'arrivée de l'air. Plusieurs retours au four pour réchauffer la matière sont possibles, comme le maître verrier peut aussi se lever et imprimer un mouvement de balancement de la canne afin d'une part de refroidir son travail, d'autre part de l'équilibrer si besoin est).


• Des pinces, que le maître verrier utilise par exemple pour "serrer" une paraison afin d'obtenir un col de vase par exemple, ou pour "attraper" le verre et le façonner, par exemple pour réaliser les pattes ou la crinière d'un petit cheval,
• Une sorte de taloche en bois recouverte de papier journal mouillé, qui permet à l'artiste de "lisser" son œuvre, par exemple lorsqu'il veut matérialiser le fond d'un vase. Le papier est mouillé pour ne pas s'enflammer au contact du verre.
• Des émaux, c’est-à-dire des colorations que l'artiste incorpore comme il le souhaite en roulant la paraison dessus.
• Un dispositif de recuisson, c’est-à-dire un four plus calme et utilisé plus longuement. En effet, et pour éviter les chocs thermiques qui provoqueraient la cassure de l'œuvre finale, il est nécessaire de la recuire afin de la stabiliser.
NB : le maître verrier peut utiliser plusieurs cannes. Il est aussi intéressant de le voir séparer l'œuvre finie de la canne à souffler. Il imprime un mouvement sec du poignet, ce qui "casse" la jonction entre la canne et l'œuvre. Il subsiste alors une marque dite "marque du pontil". Non éliminée, celle-ci rappelle que l'œuvre a été soufflée par un maître verrier.
Types de verre
• Verre soufflé
Les souffleurs de verre font chauffer une boule de verre au bout d'une canne (tube métallique creux), et soufflent dans cette canne pour faire gonfler le verre et réaliser le vide intérieur. Puis, ils étirent, applatissent, percent cette boule pour lui donner sa forme finale. Une fois durci, certains le dépolissent pour réaliser des motifs.
• Pâte de verre
Le moule de la pièce à réaliser est fabriqué en un matériau réfractaire (à base de kaolin par ex.) selon diverses techniques dont la cire perdue par ex. Après cuisson, selon des paliers de chauffe destinés à éviter les fissures, le moule est refroidi et garni de poudres ou de granulés de verres colorés diversement selon le décor recherché. Une nouvelle cuisson à lieu et, après refroidissement, le moule est détruit délicatement par un moyen chimique ou mécanique pour dégager la pièce dont la forme et les couleurs auront été parfaitement contrôlés. Cette technique a été attribuée par la légende aux Égyptiens.
Thermo-formage
Cette technique consiste à poser à froid une ou des feuilles de verre, éventuellement coloré, sur une forme réfractaire dont elles épouseront le relief à la cuisson.
• Fritte
Composition de verre, coloré à l'aide d'oxydes métalliques, portée à fusion et trempée dans un bain d'eau froide afin de la réduire en granulés servant à l'élaboration d'émaux ou de « balottes » (barres) colorées, matériaux de base des verriers.
Techniques à chaud - Décoration à froid

Histoire du verre
L'homme a commencé à fabriquer du verre il y a environ 5000 ans. Le verre fut probablement utilisé pour la première fois dans l'Égypte antique, où les articles en verre étaient considérés comme des objets de luxe, que l'on ne trouve que dans les tombes de prêtres et de membres de la famille royale. À l'origine, pour fabriquer des récipients de verre, on recouvrait un noyau d'argile de verre fondu, et on retirait ensuite ce noyau lorsque le verre refroidissait. Quand la canne de souffleur fut inventée vers 100 av. J.-C., les verriers purent créer des récipients plus grands en beaucoup moins de temps. Le nouvel art du soufflage du verre se répandit dans toute l'Europe avec l'expansion de l'Empire romain.
Voir aussi
• Cristallerie
• Verre
• Artisan verrier
• Soufflage du verre
Liens externes
• Encyclopédie des techniques du verre
• Vitrail Architecture - Le site du vitrail contemporain
• Douze leçons de l'art de la verrerie, un texte incontournable
• Verrerie bordelaise
http://fr.wikipedia.org/wiki/Verrerie

http://www.majidbahrambeiguy.at/gallery-galerie-galerie-negar-xane/15.html
 

Nach oben