L'historien de l'Orient Basil Gray pense que "l'Iran a offert au monde un art particulièrement unique qui est excellent dans son propre genre".
Les grottes dans la province du Lorestan en Iran possèdent une imagerie animalière peinte ainsi que des scènes de chasse. D'autres peintures similaires dans la province du Fars et à Sialk sont vieilles d'au moins 5 000 ans.
On pense généralement que la peinture en Iran a atteint son apogée en Iran à l'époque de Tamerlan quand des maîtres comme Kamaleddin Behzad ont donné vie à un nouveau style de peinture.
Les peintures de l'époque Qajare sont une combinaison d'influences européennes et des écoles de miniature de l'époque Safavide comme celles introduites par Reza Abbasi. Des maîtres comme Kamal-ol-molk ont ensuite développé l'influence européenne en Iran. C'est à l'époque Qajare que la "peinture de café" a émergé en Iran. Les sujets de ce style étaient souvent de nature religieuse, représentant des scènes de l'histoire du Chiisme ou autres.
Miniature persane

Un exemple de miniature Persane. Cette peinture est située sur les murs de l'Hotel Shah Abbas, un ancien caravansérail.
Les thèmes de la miniature Persane sont pour la plupart liés à la mythologie Persane et à la poésie. Les artistes occidentaux ont découvert la miniature Persane au début du XXe siècle. Les miniatures persanes utilisent de la géométrie pure et une palette de couleurs vives. L'aspect particulier de la miniature persane réside dans le fait qu'elle absorbe les complexités et qu'elle réussit étonnamment à traiter des questions comme la nature de l'art et la perception dans ses chefs d'œuvres.


Il est difficile de tracer les origines de l'art de la miniature Persane, qui a atteint son sommet pendant les périodes Mongoles et Timourides (XIIe-XVIe siècle). Les dirigeants Mongols de l'Iran ont répandu le culte de la peinture chinoise et l'ont amené avec eux, comme un certain nombre d'artisans chinois. Le Papier lui-même, est arrivé en Perse depuis la Chine en 753. L'influence chinoise est donc très grande sur cet art.
La fonction la plus importante de la miniature était l’illustration. Elle donnait une image à un texte littéraire, le rendant plus agréable et facile à comprendre. La richesse poétique iranienne a permis l’émergence de nombreuses écoles importantes de la miniature, chacune possédant son style unique, et créant ainsi une grande diversité de peintures. C’est à travers ces écoles que la peinture miniature a atteint son apogée, à la fois en Iran et en Asie centrale. Les trois écoles ayant eu le plus d’influence sur la miniature étaient situées à Shiraz, Tabriz et Herat (actuel Afghanistan).


Un des peintres les plus connus et ayant eu le plus d’influence dans l’école d’Herat était Kamaleddin Behzad. Les œuvres de Behzad ont influencé le développement ultérieur de l’art de la miniature.
Le thème des miniatures est devenu plus limité au fur et à mesure que le temps passa. Au XVIIe siècle, les thèmes portaient principalement sur des scènes d’amour, des portraits et même des copies d’images européennes. Au XVIIIe siècle apparut un nouveau genre faisant apparaître des fleurs et des oiseaux.
Histoire de la miniature Persane

Kelileh va Demneh, Manuscrit persan datant de 1429, provenant de Herat, l'illustration représente un chacal essayant de faire fuire un lion.
La fonction la plus importante de la miniature était l'illustration. Elle donnait une image à un texte littéraire, le rendant plus agréable et facile à comprendre. La miniature s'est développée en un mariage des langages poétiques et artistiques et parvint à un accord profond et sincère avec la poésie. Pendant les 10 derniers siècles, il y a eu de nombreuses œuvres littéraires pour inspirer les grands artistes de leur temps. A la fin du Xe siècle, Ferdowsi a créé son immortel poème épique, "Shâh Nâmâ" (Le livre des rois), qui, dans plus de 50 mille couplets, relate par des faits et des légendes, l'histoire du pays depuis la création du monde jusqu'à la conquête arabe au VIIe siècle. Au XIIe siècle, le poète Nizami a créé son romantique "Khamsa" (5 histoires versifiées), qui était très populaire et qui a été imité plusieurs fois par des poètes Indiens écrivant en Persan. Le XIIIe siècle a connu la création de grandes œuvres de Saadi, l'auteur des célèbres "Bustan" et "Golestan". Le "Golestan" (Jardin des fleurs) est un recueil d'anecdotes moralisatrices et divertissantes, de proverbes écrits dans une prose versifiée ou même en vers. Le "Bustan" est un poème didactique au ton lyrique et avec une composition sous forme d'anecdotes. Il est considéré comme un des chefs d'œuvre de la littérature persane.


Au XIVe siècle ont été créées les œuvres éclairées et romantiques d'Amir Khosroe Dehlavi, de Khajoo Kermani, de Hafez, et de Kamal Khodjandi. Le XVe siècle a été l'époque du poète à multiple facettes nommé Djami, qui a écrit sept poèmes épiques appelés "Haft Owrang" (Les sept trônes ou Grande Ourse). Sa poésie a regroupé les différentes catégories de littérature décrites précédemment.
Cette grande richesse dans la littérature a permis l'émergence de nombreuses écoles importantes de la miniature, chacune posséant son style unique, et créant ainsi une grande diversité de peintures. C'est à travers ces écoles que la peinture miniature a atteint son apogée, à la fois en Iran et en Asie centrale. Les 3 écoles ayant eu le plus d'influence sur la miniature étaient situées à Shiraz, Tabriz et Herat (actuel Afghanistan).
Aux XIIIe et XIVe siècles, Chiraz, la capitale du Fars a connu un nouveau développement de sa vie culturelle. C'était l'époque de Saadi, de Kermani et de Hafez. La Poésie s'épanouissait, et la miniature connut le même développement. Une des œuvres les plus importantes pour les illustrateurs de l'époque était le "Shâh Nâmâ", et à Shiraz, de nombreux peintres se sont consacrés à ce travail. Dans les miniatures de Shiraz du XIVe siècle, la symétrie dans la construction était prédominante, et la plupart des compositions ressemblaient à des frises, linéaires et monotones.


Cependant, l'école de Shiraz allait influencer tout l'Iran, et à la fin du XVe siècle, elle produisait des miniatures de la plus grande qualité. Les illustrations de "Khamsa" par Nizami sont un exemple de l'apogée de l'école de Shiraz. Tout est complet, clair, à la fois dans la composition et le rendu des détails que dans le contour des silhouettes. Les traits sont fermes et confiants.
Vers la fin du XIIIe siècle, l'école d'art de Tabriz avait été fondée. Les développements artistiques des débuts de l'école de Tabriz ont différé de ceux de Shiraz, puisque les illustrations combinaient des traits extrêmes-orientaux avec le style de peinture Arméno-Byzantin. Cette influence peut être expliquée par la position géographique de Tabriz, qui est proche de la frontière arménienne. Des relations plus étroites se sont ensuite faites entre les différents styles artistiques des écoles de Shiraz et de Tabriz au début du XVe siècle. Cette époque est liée aux déplacements des peintres qui a commencé après que Timour ait conquis Bagdad (en 1393, 1401) et Tabriz. Nombre d'entre eux furent amenés à Samarcande, la capitale du conquérant, ainsi que'à la cour de son petit-fils, Iskandar Sultan, le maître de Shiraz. Dans leurs nouveaux ateliers, les artistes se sont adpatés aux idées et goûts déjà existants, mais en même temps, ils ont introduit aussi les traditions qu'ils suivaient déjà depuis longtemps avant leur migration.


Au XVIe siècle, sur les vastes territoires de l'Iran et de l'Asie centrale, la poésie de Djami était extrêmement populaire, et a permis d'enrichir l'art de la peinture de nouveaux thèmes. Cela marquait le début de développement de nombreuses écoles artistiques en Iran. Dans les miniatures de Tabriz de cette période, une magnifique habileté à créer dans un espace limité est apparue, que cela soit la représentation d'une scène particulière ou d'un paysage; par exemple, le dessin d'un palais, incluant une partie de sa cour, de son jardin et de son intérieur.
A partir de ce moment là, l'architecture et les paysages étaient reproduits aussi complètement que possible. Les portraits dans les composition n'étaient plus contraints et statiques mais étaient peints de manière plus vivante et naturelle.

Illustration du Jardin de la Rose du Pieux de Djami, daté de 1553. L'image mélange la poésie et la miniature persane en une seule image, comme c'est l'habitude dans de nombreuses œuvres de la littérature persane.
Dans la première moitié du XVe siècle, une école artistique s'établit à Herat. Les meilleurs artistes des écoles de Tabriz et de Shiraz ont déménagé là-bas. Dans les premières miniatures produites à Herat, la représentation des visages est devenue bien plus habile et le dessin a beaucoup gagné en précision. Au fur et à mesure que l'habileté des peintres augmentait, les visages étaient placés avec plus de confiance et la structure rythmique de la composition est devenu plus complexe. Les artistes de Herat faisaient des portraits magnifiques, faisant ainsi du décor un simple accompagnement.


Un des peintres les plus connus et ayant eu le plus d'influence dans l'école d'Herat était Kamaleddin Behzad, dont l'art créatif a grandement été inspiré des œuvres de poètes Djami et Navai. Dans ses propres travaux apparurent une attention unique portée aux portraits non seulement des gens mais aussi à ce qui les entourait dans leur vie quotidienne. Les œuvres de Behzad ont mené la miniature à son apogée. Il partagea la célébrité des œuvres d'Herat avec d'autres miniaturistes d'importance de son époque: son maître et dirigeant de l'atelier de l'école, Mirak Nakkash, Kasim 'Ali, Khwadja Muhammad Nakkash, et Shah Muzaffar.
Le thème des miniatures est devenu plus limité au fur et à mesure que le temps passa. Au XVIIe siècle, les thèmes portaient principalement sur des scènes d'amour, des portraits et même des copies d'images européennes. Au XVIIIe siècle apparut un nouveau genre faisant apparaître des fleurs et des oiseaux.

Voir aussi
Liens internes
• Culture de l'Iran
• Kamaleddin Behzad
• Art du livre dans l'Iran mongol
• Art du livre à l'époque Timouride
• Art du livre à l'époque Safavide
Liens externes
• A brief history of Persian miniature
• La miniature iranienne, un art figuratif en terre d'islam par Jean-Paul Roux, Directeur de recherche honoraire au CNRS.
• Wikimedia Commons propose des documents multimédia libres sur les miniatures persanes

http://www.majidbahrambeiguy.at/gallery-galerie-galerie-negar-xane/18.html

 

Nach oben