38 Poterie

    

 

Le tournage : la potière façonne l'objet sur le tour.

La poterie désigne à la fois la fabrication d'objets en terre façonnée et cuite au four, et les objets ainsi fabriqués.

La fabrication d'une poterie commence par le mélange des terres (argile, marne, silice). Ensuite, six techniques sont possibles pour donner à la masse la forme désirée en la pétrissant.

Histoire

Son invention a eu lieu pendant la préhistoire : généralement, on situe celle-ci au Néolithique, en Asie Mineure, vers le VIIIe millénaire av. J.-C. Cette hypothèse est toutefois contestée : au Japon, la poterie aurait été inventée vers le XIe millénaire av. J.-C. (Voir l'article Jomons). Au Proche-orient, elle serait apparue vers le Xe millénaire av. J.-C. Un autre foyer d'invention, situé en Afrique saharienne, a quant à lui été daté du VIIIe millénaire av. J.-C. Enfin, des découvertes récentes le long du fleuve Amur, dans l'est de la Russie, ont révélé des traces de céramique. Ces dernières ont été datées de 13 000 av. J.-C. et encore, leur conception laisse à penser que les traditions céramiques seraient encore plus anciennes.

À Byblos, les premières traces de poterie façonnée à la main remontent à 4000 av. J.-C.. Entre 3500 et 3450 av. J.-C., la poterie subit une véritable révolution avec l'introduction du tour de potier grâce à une nouvelle population venue du croissant fertile. Entre 2900 et 2300 av. J.-C., durant l'âge du bronze, on trouve des traces de décoration à base d'engobe.

La fabrication de pièces d'argile blanche remonte en Chine au début de la dynastie Han, 200 ans avant l'ère chrétienne. Au début, les potiers chinois tiraient du kaolin des pâtes douces et blanches. La conduite de la cuisson jusqu'à 1200°C environ et les poteries blanches vitrifiées utilisant des pâtes principalement composées de kaolin existent en Chine depuis au moins l'an 600 de l'ère chrétienne. Peu à peu, ils apprirent à atteindre des températures de cuisson plus élevées et à modifier leurs pâtes pour obtenir la dureté, la blancheur et la translucidité de la porcelaine véritable. Cette découverte de la porcelaine a été un triomphe technique dans le domaine de la céramique.

Techniques de façonnage

Modelage

Le modelage est simplement la déformation à la main de la terre.

Estampage

De petites boules de terres sont appliquées sur ou à l'intérieur d'un objet (calebasse, ancien pot cassé...) et la terre est ensuite lissée.

Colombin

Le colombin est un cylindre de terre long et étroit roulé sur une table, ce colombin est alors assemblé pour élaborer une pièce. L'assemblage de plusieurs colombins est nécessaire pour obtenir une pièce de grande taille.

Cette technique est relativement rapide et permet d'obtenir de très grandes pièces, de formes totalement libres (technique utilisée par les peuplades primitives et les artistes céramistes).

Les pièces réalisées avec cette méthode sont cependant lourdes. La technique peut être affinée en utilisant une planchette et un galet pour comprimer la terre et modeler la forme de la pièce. Le galet est positionné au contact de la terre à l'intérieur de la pièce et la planchette placée à l'extérieur à son niveau permet de taper la terre et ainsi de la comprimer.

Plaque

Une plaque de terre est réalisée à l'aide d'un rouleau (comme un rouleau à pâtisserie) et les différentes plaques sont assemblées.

Cette technique est rapide, mais ne permet de faire que des pièces anguleuses. On peut cependant obtenir des formes cylindriques en roulant la plaque et en assemblant les deux extrémités opposées.

Tournage

Toutefois, la technique la plus perfectionnée est celle du tournage. Le tour se compose d'un plateau rotatif appelé girelle. Après avoir disposé une motte d'argile au centre du plateau, le potier centre sa terre puis la façonne.

Le tournage ne permet d'obtenir que des pièces de révolution, qui peuvent être cependant déformées ensuite.

Ces pièces sont plus légères que celles obtenues par d'autres techniques (hormis le moulage)mais le tournage nécessite un apprentissage technique prolongé, c'est un métier en soi.

Moulage ou coulage

La terre n'est plus sous forme pâteuse, mais sous forme liquide par adjonction d'eau et de défloculant. La terre sous cet état s'appelle la barbotine.

Un moule en plâtre est utilisé pour définir l'extérieur de la forme, le plâtre a pour caractéristique d'absorber l'eau.

La barbotine est introduite dans le moule, et conservée quelques instants.

L'eau de la barbotine se transfère dans le plâtre, et la densité de la barbotine va augmenter à proximité des parois. Il faut ensuite attendre que la pièce moulée sèche. La pièce diminuant de volume (l'eau s'évaporant), le démoulage est facilité.

Après avoir laissé sécher la pièce assez longtemps pour obtenir une consistance « cuir », le tourneur rectifie les imperfections et creuse le pied de la poterie; cela s'appelle « tournaser » ou tournasser. Puis, s'il y a lieu, on passe au « ansage » (pose des anses) et on grave la pièce selon le modèle choisi.

Il faut alors laisser sécher, c'est la fin de la partie « façonnage ».

Cuisson

Pour la cuisson, on met les différentes pièces obtenues précédemment dans un four à une température de 850 à 1000°C pendant environ 8 heures. On obtient alors le « biscuit » (dans le cas de la faïence)ou un « dégourdi » (grès).

Les pièces peuvent être décorées au pinceau à l'aide d'oxydes de différentes couleurs. Le biscuit ainsi décoré, est trempé dans des bains d'émail.

Une fois décorée et émaillée, la pièce est remise au four à 960°C durant 5 heures pour la faïence. Les pièces de grès ou de porcelaine émaillées sont cuites entre 1250 et 1400 °C.

Les températures de cuisson vont de 850°C à 1350 °C (et plus) selon la nature de la terre utilisée. On distingue la faïence, cuite à basse température (jusqu'à 1100°C ) du grès cuit à haute température (jusqu'à 1300 °C). La faïence reste poreuse après cuisson c'est-à-dire qu'elle peut absorber de l'eau et est sensible au gel contrairement au grès qui est totalement vitrifié; comme la porcelaine.

Si la terre contient beaucoup d'oxydes métalliques, de sels alcalins ou acides, la température doit être faible, sinon, la température peut être augmentée sans risque de fusion.

La poterie est alors terminée.

Voir aussi

Liens internes

Récupérée de « http://fr.wikipedia.org/wiki/Poterie »

http://www.majidbahrambeiguy.at/gallery-galerie-galerie-negar-xane/34.html

Nach oben