république d'azerbaïdjan ? No ; c'est faux , Ici c’est la région nord Azerbaïdjan d'Iran

 

Je veux vous raconter une histoire , une vieille histoire , Une histoire amère , Une histoire pleine de douleur, l'histoire d'un oubli qui doit être rappelé , Une histoire d'honorer ceux qui ont perdu leurs maisons et leurs terres , Une histoire de rendre hommage à ceux qui, avec la violence et la tromperie ont été forcés de quitter leurs maisons et pays ; Une histoire de ceux qui ont combattu et est mort pour la défense de leur propre pays ; Une histoire de l'injustice et de l'oppression, le pillage et le pillage qui ne devrait pas être oublié

Contes de l'incendie de la maison et des saignements, tentative de brûler et de détruire la culture iranienne

Contes d'incidents, d'accidents si ça se fait dans ce siècle seraient comme l'histoire d'Israël et les Palestiniens ou comme l'histoire des Arméniens et les Turcs
Mais dans les temps anciens Il n'y avait pas d'appareil photographique Il n'y avait pas de dispositif Caméscope, Aucun journal et pas de radio, pas de télévision, pas d'Internet, mais on ne doit pas oublier cette histoire ..

Cette histoire est l’histoire de territoire separé de l'Iran, notre Azerbaïdjan

http://fr.wikipedia.org/wiki/Azerba%C3%AFdjan

Quelle est l'origine du mot "Azerbaïdjan"?

Selon l'étymologie la plus largement acceptée, le nom "lAzerbaïdjan" est tiré d'Atropates, le nom d'un satrape perse de la fin du quatrième siècle b.c. Une autre théorie localise l'origine du nom au mot persan azar ("le feu") « la terre du feu » ceci à cause des temples Zoroastriens, avec leurs feux alimentés par les réserves abondantes de pétrole. À la fin du 4ème siècle B.C. l'Empire persan est devenu la proie des troupes d'Alexander le Grand. Le roi de la Médie Mineure, Atropates, saisit ce moment pour proclamer l'indépendance de son pays. La région deviendra l’ Atropatène (mentionné par l'historien grec Strabon (. 64 B.C.-A.D. 23) Plus tard les Perses la nommeront Aturpatakan, les Arméniens Atrapatakan, les Arabes l'Azerbaïdjan... Plus tard encore le nom sera étendu au territoire de l'Albanie du Caucase.

Azerbaïdjan Turc ??!

Empire Sassanide

Etymologie

Le nom de Türk ou Turc (Ancien Turc : Türük ou Kök Türük ou Türük) est répandu comme une désignation politique pendant la période de l'hégémonie impériale Göktürk à leur sujets les peuples turcs et non-turcs. Par la suite, il a été adopté comme un ethnonyme générique désignant la plupart sinon la totalité des tribus turcophones d'Asie centrale par les peuples musulmans avec lesquels elles sont entrées en contact. L'époque impériale a également fourni un héritage de l'organisation politique et sociale qui dans sa forme turque est devenu le patrimoine commun des groupements turcs d'Asie centrale.

Origines

Les Turcs, de la dynastie Seldjoukide puis Ottomane, s’installèrent en Anatolie à partir de XIe siècle. Mais l’histoire des Turcs commence bien plus tôt, dans les steppes d’Asie centrale, et leur histoire, fort riche, dépasse de beaucoup les frontières de l’actuelle Turquie. Des sources Chinoises mentionnent des tribus qui, dès le 2e millénaire av. J.-C., nomadisent dans les steppes entre la Chine du Nord et le Lac Baïkal, dans la région de l’Orkhon et de la Selenga, au nord de l’actuelle Mongolie. Ces Turcs étaient des nomades, pasteurs, chasseurs, excellents cavaliers et vivaient sous la tente, organisés en tribus et en clans sous l’autorité d’un Khan (chef).

Selon les sources chinoises, les nomades des steppes étaient installés dans la première moitié du 1er millénaire entre le lac Balkhach et la mer d’Aral. Vers 600 apparaît une fédération de neuf tribus turques, les dokuz Oghuz (9 Oghuz) dont la plus puissante est composé de dix clans, les Dix Uigur « alliés ».

Les Premiers peuples connus dans l’histoire sous le nom Turcs sont appelés par les historiens chinois T’ou-kiu, transcription de « türük » ( = fort). En 552, ils fondèrent autour de l’Orkhon le premier empire turc qui s’étend du lac Balkach au Baïkal. Ils sont qualifiés de « gök » (= ciel), car ils revendiquent une origine céleste, divine. Les T’ou-kiu sont considérés comme le fondateur de la littérature turque : On leur doit le premier document connu en langue turque, les inscriptions de l’Orkhon (vers 735), textes à caractère épique et poétique inscrits sur des stèles, en caractères runiques.

La religion de ces turcs, qu’ils partagent avec leurs voisins mongols, est le tengrisme. L’univers est conçu comme trois zones superposées : le ciel, la terre et le monde souterraine reliés par un axe cosmique, pilier sur lequel repose le ciel. L’homme doit s’intégrer au cosmos, à la nature. La montagne joue un rôle important, car elle touche les cieux, de même que le puits qui communique avec le monde souterrain et l’arbre cosmique dont les branches s’élèvent vers le ciel et les racines s’enfoncent sous terre.

Les Turcs avaient aussi des croyances de type totémique : parmi leurs grands mythes d’origine, le loup qui descend des montagnes pour chercher sa proie dans les villes, de même que les nomades des steppes effectuaient des razzies sur les populations sédentaires.

Au VIIIe siècle, les Turcs sont installés en Mongolie où ils ont fondé l’État des Ouïgours (Indo-européens turquisés).

Les tribus turques s’éloignent bientôt définitivement de leur région d’origine, et leur histoire se différencie de celle des Mongols. Alors que ces derniers se dirigent vers l’est, les Turcs se déplacent progressivement vers l’ouest où ils entrent en contact avec l’Islam dès le IXe siècle par intermédiaire de la dynastie iranienne des Samanides, installés au Xe siècle en Transoxiane (capital Boukhara, actuel Ouzbékistan). Soldats ou prisonniers dans l’armée samanide, les Turcs s’islamisent. À la fin du Xe siècle, les Turcs occupent une place de premier plan dans le monde islamique.

________________________

http://fra.east-site.com/azerbaidjan/histoire

L'histoire de l'Azerbaïdjan

 L'histoire de la structure de l'État de l'Azerbaïdjan compte environ 5 milles années. Les premières formations d'État sur le territoire de l'Azerbaïdjan sont apparues encore à partir de la fin de IV et le début de III millénaire avant notre ère.

Dans I millénaire avant notre ère existaient ici la la Manne, l’Iskim, le Monastère, le Scythe et tels forts États comme l'Albanie Caucasienne et Atropatène. Ces États jouaient un grand rôle dans l'augmentation de la culture de l'administration d'État, dans l'histoire de la culture économique du pays, ainsi qu'en train de la formation du peuple commun.

 

Au III siècle l'Azerbaïdjan était occupé par l'empire Iranien des Sassanides, mais au VII siècle par le Califat Arabe. Les occupants ont fait déménager au pays la nombreuse population de l'origine iranienne et arabe. Avec l'acceptation de la religion islamique au VII siècle a eu lieu une fracture radicale dans l'histoire de l'Azerbaïdjan. L'Islam a donné une forte impulsion à la formation du peuple commun, à la langue, aux coutumes parmi les peuples turcs et non turcs sur le territoire de l'Azerbaïdjan. Une nouvelle montée politique a commencé à l'Azerbaïdjan: sur les terres de l'Azerbaïdjan avait été fondés des États des Sadjides, des Chirvanchakhes, des Salarides, des Ravvadides et des Cheddadides.

L'époque de la Renaissance a commencé dans l'histoire azerbaïdjanaise. À la fin de XV et le début de XVI siècles commence une nouvelle étape dans l'histoire de l'Azerbaïdjan. L'homme d'État éminent le Chakh Ismail Khatai a réussi à unir sous sa direction toutes les terres du nord et du sud de l'Azerbaïdjan. Il a formé l'État commun des Sefevides avec la capitale à Tébriz, transformé avec le temps à un des empires les plus puissants de l’Extrême-Orient et du Moyen-Orient. Le chef militaire éminent azerbaïdjanais Nadir-chakh venu au pouvoir après la chute de l'État des Sefevides a élargi encore plus les frontières de l'ancien empire des Sefevides. Ce régent de l'Azerbaïdjan a gagné l'Inde du nord, y compris Delhi en 1739. Cependant, après la mort de Nadir- chakh, l'empire dirigé est tombé. Ainsi, dans la deuxième moitié de XVIII siècle l'Azerbaïdjan s'est désagrégé sur de petits États ce sont les khanats et les sultanats.

 

À la fin de XVIII siècle les Ganjares étant la dynastie azerbaïdjanaise sont venus au le pouvoir à l'Iran. Ils ont commencé à introduire la politique de la soumission de tous les territoires étant sous le conseil d'administration de Nadir- chakh, y compris les khanats azerbaïdjanais, le conseil d'administration centralisé. Ainsi entre les Gadjares a commencé l'époque des guerres de plusieurs années ils aspiraient à prendre le Caucase du sud par la Russie. Au total l'Azerbaïdjan était divisé entre deux empires : l'Azerbaïdjan du nord était adjoint à la Russie et l'Azerbaïdjan du sud était adjoint à l'Iran. L'époque du génocide des Azerbaïdjanais commence aussi à cette période par ses voisins arméniens. La lutte pour la liberté à l'Azerbaïdjan du nord était très tendue.

En 1918 a eu lieu la première formation de la République démocratique à l'est en Azerbaïdjan du nord c’est la République Démocratique Azerbaïdjanaise. Mais n’existait pas beaucoup de temps. Le 28 avril 1920 était annoncé la création sur le territoire de la République Démocratique Azerbaïdjanaise - la République Azerbaïdjanaise Soviétique. En décembre 1922 l'Azerbaïdjan , la Géorgie et l’Arménie ont formé la République Transcaucasienne . En 1922 elle a fait partie de l'Union Sovietique, mais en 1936 la République Transcaucasienne était dissous. , mais la République Azerbaïdjanais a existé jusqu'à 1991. Cependant, dans l'histoire des temps modernes de l'Azerbaïdjan il y a encore une page significative c’est le conflit arménien-azerbaïdjanais pour l'adjonction de la république autonome Nagorno-Karabakhe. L'Azerbaïdjan s 'est annoncé comme l'État indépendant démocratique le 18 octobre 1991 et à la suite des hostilités acharnées l'Azerbaïdjan a perdu 6 régions, y compris le Karabakh Montagneux . En 1994 entre les deux parties on signait l'accord sur la cessation du feu. Le 30 août 1991 l'Azerbaïdjan a proclamé l'indépendance.!!

__________________________

Lorsqu'on parle de l'Azerbaïdjan, on parle d'un pays coupé en deux depuis 1828.

Une partie, l'Azerbaïdjan du Nord, qui compte un peu plus de 8 millions d'habitants, est une république !! devenue indépendante en 1991 , après la chute de l'URSS, et a pour capitale Bakou.

L'autre, l'Azerbaïdjan du Sud, qui compte plus de 30 millions d'habitants, en l'Iran. Sa capitale est Tabriz.

En 1804, le tsar Alexandre Ier de l'Empire russe, en guerre contre la Perse, conquiert Gandja, qui devient Elizavetpol. Le traité de Golestan en 1813 donne à la Russie les provinces de Perse situées au nord de l’Araxe. La ville de Bakou est annexée et devient la capitale d’un gouvernorat aux termes du traité de Turkmanchai de 1828 et du traité de paix conclu à Edirne.

À la fin du XIXe siècle, la Russie découvre les richesses en pétrole du pays. Bakou devient le premier producteur mondial de pétrole. Un mouvement azéri relativement structuré émerge au même moment.

Guerre russo-persane de 1804-1813

La guerre russo-persane de 1804-1813 est une des nombreuses guerres ayant eu lieu entre l'Empire perse qajar et l'Empire russe. Comme de nombreuses guerres, elle a commencé par une dispute territoriale. Le shah persan, Fath Ali Shah Qajar, voulait consolider les marches septentrionales de son empire en sécurisant les terres près de la côte sud-ouest de la mer Caspienne (Azerbaïdjan actuel) et la Transcaucasie (Géorgie et Arménie actuelles). Le tsar russe, Alexandre Ier était, comme le shah de Perse, monté sur le trône depuis peu et déterminé à contrôler ces territoires

Revendications territoriales

En 1779, après la mort de Karim Khan, le souverain de la dynastie Zand qui régnait sur le sud de l'Iran, Agha Mohammad Khan, un chef de la tribu turcomane des Qajars, réunifie l'Iran. Vers 1794, il avait éliminé tous ses rivaux, dont Lotf Ali Khan, dernier souverain de la dynastie Zand. De plus, il avait aussi rétabli la souveraineté perse sur les territoires du Caucase et en Géorgie. En 1796, il a été couronné shah de Perse. Agha Mohammad ayant été assassiné en 1797 c'est son neveu Fath Ali qui lui succéda. Il tenta de maintenir la souveraineté iranienne sur ces territoires, mais il a été battu par la Russie au cours de deux guerres.

À cette époque, l'Iran contrôle les khanats du Karabagh, de Chirvan, de Chaki et le khanat talysh. Cependant, ce contrôle est devenu précaire quand les Russes ont annexé la Géorgie en 1801, un territoire qui était aussi revendiqué par les Persans. Les Russes, voulant consolider et étendre leur avantage, ont poussé leurs troupes vers la frontière iranienne. Ils planifiaient de pousser les frontières de la Russie impériale jusqu'à la rivière Araxe, à la frontière de ce qui est aujourd'hui la Turquie.

Des forces inégales

Les Russes étaient incapables d'affecter une grande partie de leurs troupes à la région du Caucase, parce que l'attention d'Alexandre était continuellement distraite par les guerres avec la France, l'Empire ottoman et la Suède. Les Russes ont donc été obligés de s'appuyer sur une technologie supérieure, sur l'entraînement et sur la stratégie en face d'une armée qui les surpassait de beaucoup en nombre. Certaines estimations parlent d'un avantage numérique pour les Iraniens à raison de cinq contre un. L'héritier de Fath Ali, Abbas Mirza, a essayé de moderniser l'armée iranienne, en cherchant de l'aide auprès d'experts français et britanniques, mais cela n'a que peu retardé la défaite iranienne.

Début de la guerre

Les commandants russes Paul Tsitsianov et son futur successeur Ivan Goudovitch ont provoqué la guerre quand ils ont attaqué les positions persanes d'Etchmiadzin. Goudovitch, qui échoua dans son entreprise, marcha sur Erevan, où il subit un nouveau revers. De son côté Paul Tsitsianov, prince géorgien rallié à l'Empire russe, s'était emparé de Gandja (3-15 janvier 1804), et avait soumis le Karabagh au début de l'année suivante avant d'être assassiné en 1806 dans un piège tendu par le khan de Bakou, qui feignait d'offrir sa reddition.

Malgré leurs premières incursions inefficaces, les Russes ont gardé l'avantage pendant la majorité de la guerre, grâce à leurs troupes mieux entrainées et à leur stratégie. Cependant, l'incapacité de la Russie à consacrer plus de 10 000 hommes à la guerre a permis aux Persans, dont les forces étaient moins entrainées et composées en grande partie de cavalerie irrégulière, de résister de manière honorable.

Guerre sainte et fin de la guerre

Les Iraniens ont intensifié leurs efforts vers la fin du conflit, en déclarant la guerre sainte contre la Russie en 1810. Mais le résultat a été peu convaincant. La technologie et la tactique des Russes leur ont assuré une série de victoires stratégiques, culminant avec les victoires de Piotr Kotliarevski à la bataille d'Aslanduz (1812) et à Lenkoran (aujourd'hui Lankaran en Azerbaïdjan) (1813). Quand l'Iran a admis sa défaite, les termes du traité de Golestan cédaient une grande partie des terres disputées à la Russie. Jusqu'alors puissants, les khans de la région ont été décimés ou forcés de rendre hommage à la Russie.

Le traité de Golestan

Le traité de Golestan (aussi écrit Gulistan, Gulestan, et Golistan) est un traité de paix entre l'Empire russe et la Perse kadjare, signé le 24 octobre 1813 dans un village du Golestan au Karabagh à la fin de la guerre russo-persane de 1804-1813.

Le traité de 11 chapitres fut mis au point par Sir Gore Ouseley (originaire de Grande-Bretagne) qui faisait office de médiateur et a été signé par Haji Mirza Abol Hasan Khan pour la partie iranienne.

Contenu

Par ce traité :

  1. l'Empire perse perd tous ses territoires situés au nord de l'Araxe et est forcé de reconnaître l'autorité de la Russie sur ceux-ci. Ces terres incluent :
    1. toutes les villes et villages du Daguestan ;
    2. toutes les villes et villages de Géorgie, incluant toutes les villes et villages situés sur la côte de la mer Noire ;
    3. la Mingrélie ;
    4. l'Abkhazie ;
    5. la Gourie ;
    6. le khanat de Bakou ;
    7. Derbent ;
    8. le khanat de Chirvan ;
    9. le khanat du Karabagh ;
    10. le khanat de Gandja ;
    11. le khanat de Chaki ;
    12. Mughan ;
    13. le khanat Talysh ;
  2. l'Iran perd le droit de naviguer sur la mer Caspienne, et la Russie se voit attribuer des droits exclusifs pour stationner sa flotte militaire sur la Caspienne ;
  3. les deux pays signent par ce traité un accord de libre-échange, les Russes ayant la possibilité de faire des affaires partout en Iran ;
  4. la Russie promet en retour de soutenir Abbas Mirza en tant qu'héritier du trône perse après la mort de Fath Ali Shah (ce qui n'eut pas lieu, le fils étant mort avant le père).

                                    La Perse 1808

Les atteintes aux droits de l'homme (wikipedia)

L'Eurovision qui s'est déroulé dans le pays entre le 22 et le 26 mai 2012 a donné l'occasion aux pays occidentaux de s'intéresser à la politique menée par le président actuel, İlham Əliyev (élu a 98,8%) !!. Les médias envoyés sur place pour couvrir l'Eurovision ont rapidement constaté de nombreuses atteintes aux droits de l'homme telles que la répression violente de manifestation par les autorités, la mise en détention illégale de journalistes, les faux procès mis en place par l'actuel dirigeant, les éventuels trucages des élections. Des opposants au régime qui cherchaient à attirer l'attention sur la situation de leur pays se sont fait violemment réprimer par les autorités et des journalistes étrangers ont été tabassés

Malgré tout, les habitants interrogés par les médias n'ont rien pu dire au risque de violentes représailles et l'Union Européenne de radio-télévision a refusé purement et simplement de parler de la politique menée dans le pays

===========================

l'Azerbaïdjan occupé du nord est une véritable caserne, remplie de forces armées spéciales,  les intellectuels, suivis par des foules de simples citoyens, se réunissent dans tout le pays pour commémorer ces évènement. Afin d'empêcher ces commémorations, des arrestations massives sont organisées préventivement, surtout de personnes ayant déjà diffusé des bulletins ou des tracts appelant au devoir de mémoire.

http://www.youtube.com/watch?v=1hbpTKW6u_Q

http://www.fidh.org/-Azerbaidjan-

 

Efforts d'effacer la culture iranienne

Après la fin de l'Union soviétique, les Etats satellites étaient soudainement seul.
Des politiciens ont eu soudainement des problèmes économiques et politiques et de cultures qui se dressaient contre eux , résoudre des problèmes politique et économique étaient plus facile que les problèmes culturels, parce que ces Pays stellites avant communisme appartenait à portée d’influence culturelle iranienne et après communisme appartenait à portée d’influence russe.  

Maintenant, quoi faire?
Ils ont dû construire une culture indépendante pour un Etat indépendant
Mais comment?
Ils ont commis une erreur ; Ils ont commis vol culturelle

Ils essaient et essaient encore posséder comme un livre des scientifiques ou des artistes qui sont nés ou ils ont grandi ou ils ont travaillé sous le gouvernement iranien même s’ils  n’avez jamais écrit un mot ou créé quelque chose turque ou ouzbek ou arabe

Ces Iraniens connaissaient les Langages arabe et turque ; Ils sont maintenant appelés arabe et Turc ?!, Comment ça marche?

Ça commence tôt dans les écoles et les textes dans les manuels scolaires (contrôle de l'esprit)  

Puis vient des timbres et des billets avec leurs images
Après avec des films dans ces langues
Puis ils installent sculptures des scientifique ou artiste ou de poète partout et ils les présent comme scientifique ou artiste ou de poète Turc ou d’ Azerbaïdjan ou ouzbek:

Une telle politique fait de la Turquie et veut faire le Jalal ad-Din ar-Rumi connu comme un Turc

Incroyable, n'est ce pas ??

Imaginez vous qu'un autre pays veut présenter Ernst Hemingway et Jack London et   fait ces choses ; Commence tôt dans les écoles et les textes dans les manuels scolaires (contrôle de l'esprit) 

Puis vient des timbres et des billets avec leurs images
Puis avec des films dans ces langues
Puis ils installent sculptures des scientifique ou artiste ou de poète partout et ils les présent comme scientifique ou artiste ou de poète Turc ou d’ Azerbaïdjan ou ouzbek

 

Imaginez qu'un autre pays veut présenter Victor Hugo et Guy de Maupassant  et de fait ces choses ; Commence tôt dans les écoles et les textes dans les manuels scolaires (contrôle de l'esprit)   

Puis vient des timbres et des billets avec leurs images
Puis avec des films dans ces langues
Puis ils installent sculptures des scientifique ou artiste ou de poète partout et ils les présent comme scientifique ou artiste ou de poète Turc ou d’ Azerbaïdjan ou ouzbek

 

Imaginez qu'un autre pays veut présenter Mozart et Johann Strauss et fait ces choses ; Commence tôt dans les écoles et les textes dans les manuels scolaires (contrôle de l'esprit)   

Puis vient des timbres et des billets avec leurs images
Puis avec des films dans ces langues
Puis ils installent sculptures des scientifique ou artiste ou de poète partout et ils les présent comme scientifique ou artiste ou de poète Turc ou d’ Azerbaïdjan ou ouzbek

 

Vous serez en colère, n’est ce pas? Des Iraniens sont en colère
Aujourd'hui la Turquie, l'Azerbaïdjan, le Turkménistan et l'Ouzbékistan et des États arabes du golfe Persique font Ce vol culturelle .

Vous avez à juste critiquer les Européens

Dans certaines organisations culturelles et politiques et sportives européennes Turquie et l'Azerbaïdjan et Israël, même Kazakhstan sont membres ?? !!

Ceci est une sorte de prostitution pour gaz et de pétrole et l'exportation

On doit demander à nouveau de certains politiciens corrompus : pour quels critères sont la Turquie et l'Azerbaïdjan et Israël et le Kazakhstan européenne ?? !!

Sont-ils raciales Européens? non

Sont-ils géographiquement Européens? non

Sont-ils culturels Européens? non

Sont-ils de la religion Européens? Non

Si un pays dans cette région est proche de l'Europe alors ceci est l'Iran en raison d'une culture indo-européenne, mais l'Iran doivent être du tout heureux à ne pas entendre appartenir de cette Europe

Nous laissons cette mendicité pour l’europe , des autres

 

ici vous pouvez voir comment l'Autorité des Azerbaijan démolir poèmes persans et le remplacer par Leurs écrits
 
 

Eh bien il faut réfléchir à ce sujet

 

Azerbaïdjan                              

 

Plus grande ville

Bakou

Superficie totale

86 600 km2
 

Indépendance

URSS

Création

30 août 1991

Gentilé

Azerbaïdjanais, Azerbaïdjanaise

Population totale (2012)

9 295 800 hab.
 

 

                                      Iran

 

 

Plus grande ville

Téhéran

Superficie totale

1 648 195 km2
 

Gentilé

Iranien, enne

Population totale (2013)

77 176 930 hab.
 

 

Peut-être ce territoire appartient aux Turcs et turcophones? No , aucun

Parce que les ancêtres des Turcs n'appartenaient pas à la région

Les ancêtres des Turcs étaient de la région de la zone Chine et ils ont fait une descente dans cette région

Ils n'avaient pas de culture commune avec les gens de cette région

 

Peut-être cette zone appartient aux Russes et parlant le russe? No , aucun

Parce que les ancêtres des Russes ne sont pas de la zone et ils ont fait une descente dans cette région

Ils n'avaient pas de culture commune avec les gens de cette région

 

Iran reste le seul pays qui historiquement et culturellement toujours été dans la région et il le sait

Il suffit de regarder les noms et la religion et du centre touristique, et la vieille tradition qui nous amène à la terre de Perse

L'Azerbaïdjan est une partie de l'Iran et le sera toujours et nous, les Iraniens, n’oublierons jamais 

Maintenant, comprendre ça , que la nation iranienne aura à faire? Qu'est-ce que la politique devrait être?

Tout d'abord, le peuple iranien, en particulier les personnes de l'Azerbaïdjan iranien doivent savoir , connaitre et être au courant de l'histoire réelle et les véritables propriétaires de l'Azerbaïdjan

Deuxièmement, la politique, culture  et économie de la politique gouvernementale devrait être une relation étroite avec la terre ancestrale de la Perses (Azerbaïdjan)
Cette région est une priorité dans la relation Iran comme une province de l'Iran

Troisièmement, le gouvernement devrait informer les gens de l'Azerbaïdjan que tout le monde peut apprendre la langue et les coutumes et culture natif et vivre dans la liberté et la paix.

Nous ne répéterons pas la violence et l'intimidation, et les choses que nos ancêtres ont souffert

Quatrièmement, le gouvernement iranien devrait dire aux gens de l'Azerbaïdjan et de faire savoir que seule une forte alliance avec l'Iran gardera tous les risques

Aucun autre pays que l'Iran, avec une religion, l'histoire et la culture commune, avec 80 millions résidents est mieux pour eux 

Cinquièmement, le gouvernement iranien doit insister pour que l'Azerbaïdjan sera accepté à bras ouverts en acceptant de la constitution iranienne

 

La liberté de résidence pour tous Azerbaijanis en Iran

Liberté de travailler pour tous les Azerbaïdjanais en Iran

La liberté du commerce pour tous les Azerbaïdjanais en Iran

La liberté d'enseignement pour tous les Azerbaïdjanais en Iran

La sécurité sociale pour tous les Azerbaïdjanais d'Iran

 

Nach oben